Nous allons refaire les Assises de la finance participative de façon à ce que nous soyons cette fois tous entendus !


Les Assises de la finance participative qui sont censées accompagner la définition d’un cadre juridique pour accompagner et favoriser l’essor du crowdfunding en France sont loin d’être suffisantes parce qu’elles tournent le dos aux citoyens et se contentent de reprendre les mesures émises dans le cadre d’une action de lobbying et d’un avis du Ministère de l’Economie et des Finances.

Ces Assises nécessitent d’être refaites intégralement et de façon cette fois à donner la voix à toutes les parties prenantes susceptibles de recourir à la finance participative. C’est seulement ainsi que l’on pourra faire de la finance participative une authentique chance non pas seulement pour certains mais pour le pays tout entier.

.

La consultation publique sur la finance participative est très loin d’être suffisante. Elle s’apparente à une farce.

Le 30 septembre dernier à Bercy se sont tenues les Assises de la Finance Participative qui regroupaient l’ensemble des acteurs de ce secteur actuellement en pleine ébullition. J’y étais pour observer mais aussi pour découvrir les acteurs du domaine.

Cette journée qui se voulait aussi une journée de travail n’en était en réalité pas une. Je m’en suis aperçu lorsque j’ai suggéré à la 2eme table ronde de la matinée qu’en tant que porteur de projet désireux de recourir prochainement au crowdfunding il manquait une base de données exhaustive des solutions de financement participatif et qu’il serait bienvenu de la constituer collectivement. Seulement il me fut répondu que ce n’était pas la peine car la BPI était en train d’éditer toute seule une telle base de données.

Je m’en suis aperçu aussi lorsque 2 autres questions posées par 2 participants et portant sur des aspects juridiques précis restèrent lettre morte sans qu’il fut promis à leurs émetteurs une réponse (ont-ils eux depuis satisfaction ?).

Le matin on nous promis que des annonces seraient faites par la Ministre de l’Economie et du Numérique quant à de nouvelles dispositions réglementaires qui viendraient encadrer et favoriser l’essor du crowdfunding en France et ces annonces furent effectivement exposées en fin de journée lors de la clôture des Assises, seulement elles ne furent pas soumises aux questions de la salle et rien des remontées qui avaient été faites par la salle dans la journée ne furent évoquées.

La Ministre précisa que l’ensemble des dispositions envisagées étaient rassemblées dans un rapport sujet à la consultation publique sur le site de l’AMF et le site du Ministère de l’Economie notamment.

Revenu chez moi je découvris que la consultation publique en question était en réalité une farce. D’abord parce que le document est difficile à comprendre pour un néophyte du sujet et dont je fais partie faisant constamment référence à des éléments juridiques et techniques sur la finance que seul un habitué de la finance participative est en mesure d’appréhender pleinement. Ensuite parce que la consultation se borne uniquement à afficher un email qui servira à réceptionner des messages qu’on voudra bien lui envoyer en réaction à ces mesures.

De toute évidence j’avais à faire à une consultation mais celle-ci n’était destinée qu’à un public spécialiste du crowdfunding. Le message était clair : l’avenir du crowdfunding ne regarde que les gens du crowdfunding. Ces gens du crowdfunding d’ailleurs eux-mêmes qui voudront bien adresser leurs réactions ne peuvent espérer aucun débat. La seule certitude qu’ils ont c’est que leur message parvienne à destination d’une boîte aux lettres.

Tout le monde est convaincu que la finance participative c’est l’avenir, que c’est une chance pour beaucoup, mais si l’on doit réfléchir à ce qui peut en accompagner le développement cela se résoudra à quelques emails venant tout au mieux annoter des mesures déjà bien écrites.

Et d’où viennent au juste les mesures écrites et exposées par la Ministre ? C’est un autre point. Elles ont été suggérées par un groupe de travail constitué par une petite trentaine de professionnels du crowdfunding, exclusivement des plateformes internet, regroupés au sein d’une association créée spécialement à cet effet. Cela s’appelle du lobbying.

Voici où nous en sommes donc : un lobbying suggère à la Ministre des mesures pour favoriser l’essor du crowdfunding, mesures qui sont reprises et complétées par le Ministère de l’Economie et des Finances pour qu’enfin elles soient rendues publiques sans débat mais juste soumise à une consultation en catimini à l’intention seule d’un publique d’initiés. Et cette consultation, cerise sur la gâteau, se clôturera le 15 novembre prochain… elle n’aura durée en tout et pour tout que 7 semaines. Est-ce que les français ont été averti qu’ils ont 7 semaines pour commenter un document abscons lequel va pourtant décider de la manière dont ils vont pouvoir faire appel à un outil de

financement qui pourrait changer leur vie et celle de leur pays ?

 

Si des Assises il doit y avoir sur la finance participative il faut que celles-ci soient authentiquement participatives 

Si j’étais une petite plateforme de crowdfunding en constitution ou en projet, et j’en ai croisées notamment ce jour-là aux Assises, je m’inquiétrais. Je m’inquiétrais parce que je n’aurais pas le sentiment que l’on veuille réellement m’entendre et me donner mes chances.

Mais c’est aussi et surtout en tant qu’individu que nous devons être inquiet.

Personnellement je pense qu’il n’est plus possible d’attendre pour regarder en face une réalité qui dérange à propos d’un débat sur la finance participative qui se fait dans leur dos. Et il n’a pas possible d’attendre de prochaines assises dans un an en se convainquant qu’il sera toujours temps alors d’apporter des changements aux mesures actuelles car nous sommes dans une période de crise inédite qui nécessite une vision ambitieuse. Le crowdfunding mérite une vision ambitieuse.

Nous n’avons en effet pas le droit à l’erreur concernant un authentique essor de la finance participative en France et ailleurs. Si cet essor n’est pas réellement accompagné par les français mais reste une réalité pour quelques milliers d’entre nous il deviendra moribon et finira par retomber sans que nous ayons eu le temps de concrétiser la promesse qu’il renferme.

Je suggère que de nouvelles assises soient mises en place et que celles-ci soient cette fois authentiquement faites dans l’intention d’entendre tous les acteurs du crowdfunding petits et grands, mais aussi les citoyens, porteurs de projet et entrepreneurs qui ont eu recourt, projettent de recourir ou qui tout simplement sont susceptibles un jour d’y recourir.

Je suggère qu’à la suite de ces Assises seulement soit rédigé un document de référence qui servira à encadrer et accompagner l’essor de la finance participative en France et de façon là encore participative pour que ceux qui n’auraient pu s’y déplacer puissent faire entendre leur voix. Leur idées pourront même être obtenues avant les Assises afin de nourrir les débats sur place.

Est-ce que les mêmes personnes intervenants et organisateurs des Assises du 30 septembre seront conviés ? Oui naturellement. Oui et toujours selon l’idée qu’un essor véritable du crowdfunding se fera de façon collective.

Vous avez besoin d’être davantage convaincu sur la nécessité de refaire ces Assises ? Lisez cet autre texte : A ce rythme si aujourd’hui le crowdfunding finance la confiance demain il financera nos peurs

Advertisements
Posted in Uncategorized

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

Indiquez votre email pour être notifié des nouvelles publications.

Join 7 other followers

Licence Creative Commons
Le blog crowdfunding mon amour et sa base de données collaborative et crowdsourcée des solutions de financement participatif de boris perchat + collectif d'internaute + entrepreneurs + porteurs de projet est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 3.0 France.
Fondé(e) sur une œuvre à https://crowdfundingmonamour.wordpress.com.
%d bloggers like this: